PCM, La plus grande fonction au sein d’une entreprise sans PCA

A l’heure où beaucoup de gens se lancent dans l’entrepreneuriat, la grande majorité des créateurs d’entreprises aspirent à occuper le prestigieux poste de DG (Directeur Général) ou CEO (Chief Executive Officer), et à se faire appeler comme tel, en éprouvant un immense plaisir de voir figurer l’un de ces titres dans leurs cartes de visites. C’est super ! Et nous n’avons rien contre. Tout compte fait, chacun est libre de s’octroyer le titre qui lui plait d’arborer. Pas vrai ?

Une chose cependant est sûre et certaine : beaucoup parmi ces créateurs d’entreprises n’ont ni les qualités, ni les compétences, et ni le nombre d’années d’expériences professionnelles requises, pour occuper la fonction de DG ou CEO qu’ils placent au sommet de l’organigramme de leur PME. C’est même une très grosse erreur de leur part. Car être DG ou CEO d’une entreprise, n’est pas la plus grande fonction au sein d’une entreprise, ni la fonction à laquelle il faut accorder le plus d’attention. Ça c’est d’un. De deux, si vous pensez que les fonctions de Directeur Financier, Directeur Marketing, Directeur de la Production et toutes les autres qui peuvent exister ont plus d’importance que la fonction de Directeur ou Directrice des Ressources Humaines (DRH), vous vous trompez aussi lourdement. Car au-dessus de la fonction de DRH et celle de DG ou CEO, il y a la fonction de PCM (Président du Conseil Managérial). C’est la plus grande fonction au sein d’une entreprise, c’est même la plus prestigieuse. Alors, prêts pour en savoir plus à ce sujet ? Tel est le but des paragraphes suivants de cet article que nous vous invitons à lire jusqu’à la fin.

À notre sens, la plus grande fonction au sein d’une entreprise doit être celle de Président du Conseil Managérial, en abrégé PCM. À ne surtout pas confondre avec la fonction de Président du Conseil d’Administration (PCA) qui plafonne généralement le sommet du schéma d’organisation hiérarchique des Sociétés dites Anonymes (SA), et des grandes entreprises publiques et parapubliques de plusieurs pays.

Dans la forme, il n’y a pas de grandes différences entre la fonction de Président du Conseil Managérial et celle de Président du Conseil d’Administration. Mais dans le fond, la première différence réside dans le fait que le PCM peut être sollicité à plein temps ou plusieurs fois par jour, pour émettre son avis sur les questions et les problèmes difficiles à résoudre que lui soumettent en temps réel le Gérant Principal (Senior Manager) et l’ensemble des collaborateurs. Ce qui n’est pas le cas pour la fonction de PCA telle que nous sommes habitués à voir comment elle est exercée depuis belle lurette jusqu’à ce jour.

L’appellation PCM ou Président du Conseil Managérial est expressément utilisée à dessein et employé à juste titre, pour que toutes les entreprises qui ne sont pas juridiquement des Sociétés Anonymes, ni des grandes entreprises publiques et parapubliques, puissent avoir leur équivalent de Président du Conseil d’Administration (PCA).

Pour mieux illustrer notre pensée à ce sujet, voici une question : Si vous êtes le responsable d’un établissement commercial ou d’une très petite société unipersonnelle à responsabilité limitée, vous est-il interdit de choisir librement dans votre entourage ou parmi vos connaissances, une personne très compétente bourrée d’expériences et de connaissances en matière de gestion d’entreprise, afin qu’elle vous aide, vous dirige et fournisse en permanence des bons conseils à votre entreprise ?

Si votre réponse à cette question est « Non, cela n’est pas interdit », pourquoi devrez-vous hésiter de demander à une telle personne d’accepter d’être le PCM de votre entreprise et d’agir fidèlement comme tel dès sa prise de fonction, puisque le titre de PCA est déjà réservé à un type précis d’entreprise (Société Anonyme abrégée SA ou Grande Entreprise Publique et Parapublique abrégée GEPP) que votre entreprise n’est pas. Si cette personne accepte votre proposition avec un désintéressement matériel et financier, vous aurez résolu un grand problème qui fait cruellement défaut à beaucoup de gérants de petites et moyennes entreprises : l’inexistence d’un poste de PCA, voire de PCM, qui doit impérativement exister dans toutes les entreprises, et pas seulement dans certains types d’entreprises aux statuts juridiques particuliers.

Vous nous aurez donc bien compris, chers entrepreneurs, chers créateurs de start-up, et chers porteurs de projets de création d’entreprise. Le premier poste à créer et à pourvoir au sein de votre entreprise doit être celui de PCM (Président du Conseil Managérial), et ce n’est pas à vous qu’il revient d’occuper ce poste. Mettez quelqu’un de plus grand que vous à ce poste, qui doit être le plus élevé au sein de toute entreprise. Oui ! Acceptez de perdre une bonne part de votre souveraineté, même si vous estimez être le géniteur de l’idée de votre entreprise. Contentez-vous d’occuper humblement le poste de Gérant Principal (en anglais Senior Manager). Ce poste fera l’objet d’un autre article ultérieurement. Pour l’instant, restons sur le poste de PCM, et terminons cet article en disant quelques mots sur les attributions fondamentales de cet administrateur en chef de votre entreprise et sur son profil-type.

L’une des attributions majeures et fondamentales du Président du Conseil Managérial (PCM) est de prodiguer des conseils en matière de stratégie, de recrutement, d’organisation, de communication et de motivation des collaborateurs. Outre cela, le PCM dirige également les travaux du Conseil Managérial de l’Entreprise (CME) composé en plus de lui et du Directeur Général, des responsables des différents pôles ou entités de l’organisation. Le PCM participe à la validation du budget annuel, et doit être tenu informé des résultats mensuels par le Responsable Financier ou le comptable, selon la nature de la clientèle et des paiements clients. S’agissant de son profil-type, le PCM doit être un doyen plein de sagesse et bourré d’expériences. Ses réalisations ou œuvres remarquables accomplies tout au long de sa carrière professionnelle doivent être les critères objectifs à prendre en compte pour le choisir. Et c’est à lui le PCM, qu’il reviendra d’élire ou de nommer le DG (Directeur Général) de son choix capable de faire prospérer votre entreprise. Le seul pouvoir que vous devez avoir sur eux est celui de les virer tous les deux, si la croissance et la stabilité qu’ils doivent apporter ne sont pas au rendez-vous trois ans après le début de leur mandat qui en compte contractuellement six renouvelables.

Proyot.com, The new spirit of Business in Africa !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s